Accueil / CADRE DE VIE / Loi Labbé

> Loi Labbé exit les produits phytosanitaires

 

loi labbe 2016 gaillac actu


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 loi labbe 1 2016 gaillac actu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

loi labbe ortie 2016 gaillac actujpg

 

loi labbe oseille 2016 gaillac actu

 

loi labbe paquerette 2016 gaillac

 

 

 

"Mauvaise" Herbe mon amie

 

Le 1er janvier 2017, la loi Labbé entrera en vigueur interdisant aux collectivités locales l'utilisation de produits phytosanitaires pour l'entretien des voiries et des espaces verts.

 

La ville de Gaillac se prépare à cette échéance depuis déjà quelques années en réduisant l'utilisation de produits et en appliquant une gestion différenciée des espaces verts.

Appliquer la loi Labbé, demande une forte communication auprès des usagers qui tolèrent mal l'apparition de "mauvaises" herbes dans l'espace public. Une bonne dose d'huile de coude est aussi nécessaire puisque les binettes, grattoirs et sarclettes vont remplacer les pulvérisateurs et les masques !

Mais c'est à l'échelle de toute la ville que les comportements doivent évoluer pour engager une nouvelle dynamique en faveur de notre environnement. Il faut apprendre la patience pour laisser l'herbe pousser et tolérer quelques herbes folles sur un bord de trottoir.

Chacun doit aussi accepter de désherber au droit de sa propriété, devant sa porte...sans herbicide, évidemment !

 

 

Porter un autre regard sur la végétation spontanée

 

Une plus grande tolérance vis-à-vis de la végétation spontanée.

 

On part du principe que si l'herbe colonise des joints sur un trottoir, le piétinement régulier suffira à contenir leur pousse.

De surcroît, selon les zones, on peut laisser l'herbe se développer et ne faire qu'une intervention mécanique avec parcimonie.

Les surfaces enherbées sont de très bons exemples. Plutôt que de voir une moquette verte toute l'année, l'apparition de plantes fleuries et de différentes hauteurs de végétation changent l'aspect du lieu au fur et à mesure des floraisons.

 

 

 

Mais connaissons-nous vraiment ces herbes que l'on dit "Mauvaises" ?

Appelées indésirables, adventices, ces herbes dont le seul défaut est de pousser où on ne les attend pas, sont utiles au développement de la biodiversité. Elles attirent les insectes, améliorent les composts et jouent un rôle d'indicateur de la nature du sol.

Ces mauvaises herbes sont aussi les amies de l'Homme : l'ortie, l'oseille sauvage ou la pâquerette sont consommables et ont de précieuses vertus médicinales.

 

" Et qu'est-ce donc q'une mauvaise herbe, sinon une plante dont on n'a pas encore découvert les vertus ?"

Ralph W. Emerson

 

 

 

 

L'ortie (Urtica dioïca)

Consommable : les feuilles peuvent être préparées comme des épinards, entrer dans la composition de soupes ou relever des fromages

Médicinale : elle a une action contre les rhumatismes, les calculs urinaires, la goutte. Elle est reminéralisante.

Elle contient des vitamines A,B,C,E,K et du fer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'oseille sauvage (Rumex acetosa)

Consommable : comme l'oseille de jardin on peut la préparer en omelette, en sauces, potages, la servir avec des poissons.

Médicinale : elle soulage les démangeaisons, est diurétique, laxative. Elle est également riche en vitamine C.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pâquerette (Bellis perennis)

Consommable : les feuilles se mangent en salade. On peut également les utiliser pour faire des soupes, sauces ou même pour agrémenter une omelette.

Les boutons floraux peuvent être mis en conserve dans du vinaigre comme ceux du pissenlit.

Médicinale : elle a une action anti-inflammatoire et soulage le foie. En compresse, elle peut soulager certaines douleurs. Elle contient de la vitamine C.